Randonner dans le Var...

Feu vert de l'Etat pour le Parc national des calanques

"LA PROVENCE" du 27/02/09


Le Comité interministériel des parcs nationaux a franchi une nouvelle étape en délimitant le tracé du projet qui doit être validé mi-mars par François Fillon, avant d'être soumis à la concertation. Les communes d'Aubagne, La Penne et Carnoux sont exclues et le périmètre marin se réduit à l'est des Bouches-du-Rhône.

Le futur Parc national des calanques avance lentement mais sûrement ! Dix ans après la création de la structure qui porte officiellement ce projet (un Groupement d'intérêt public que préside l'UMP Guy Teissier, député-maire de secteur marseillais), l'Etat vient de donner son feu vert pour le périmètre qui sera soumis à la concertation dans les prochains mois.

Cela s'est passé le 13 février, lors d'une réunion du Comité interministériel des parcs nationaux qui rassemblait notamment des représentants de la Défense, de l'Écologie et de l'Aménagement du territoire. Au terme de cette séance, un avis favorable a été transmis à François Fillon. Logiquement, le Premier ministre devrait signer courant mars "l'arrêté de prise en considération" du projet.

Dans un courrier que s'est procuré LaProvence.com, le Comité interministériel dessine plus précisément le visage du futur Parc, par rapport au tracé potentiel qui a été présenté à l'automne dernier. Selon ses conclusions, Aubagne, Carnoux et La Penne-sur-Huveaune "peuvent être retirés du périmètre de coeur". Une décision qui devrait être accueillie favorablement dans la vallée de l'Huveaune, la Communauté d'agglomération du pays d'Aubagne et de l'Etoile ayant voté contre le périmètre proposé dans l'avant-projet.

En revanche, contrairement aux souhaits du Conseil général des Bouches-du-Rhône et de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole, le Comité interministériel maintient dans le coeur de Parc le massif du Grand Cauné, qui est à cheval sur les territoires de Roquefort-la-Bédoule et de Ceyreste. Ce choix pourrait toutefois être révisé lorsque sera arrêté le tracé de la LGV.

Enfin, sans surprise, toutes les calanques marseillaises figureront bien dans le futur coeur de Parc, malgré les réticences régulièrement avancées par certains cabanonniers.

Concernant la partie maritime du Parc, le Comité révise quelque peu les ambitions à la baisse. Ainsi, il exclut du périmètre les eaux de Saint-Cyr les Lecques. De même, il s'interroge sur la pertinence d'intégrer les fonds marins de la Côte Bleue : "Le CIPN recommande, dans un souci de cohérence des zonages terrestre et marin, que la délimitation à venir de l'aire maritime adjacente soit ajustée avec l'aire optimale d'adhésion à terre". Or, la partie terrestre de la Côte Bleue n'a pas été retenue dans l'avant-projet.

Il convient toutefois de souligner que le périmètre du Parc national des calanques est encore appelé évoluer. S'il ne peut plus intégrer de nouveaux espaces, il est toujours envisageable d'en exclure. Ce sera un des enjeux des opérations de concertation des prochains mois, qui auront également pour but de déterminer le fonctionnement du parc et d'encadrer la pratique de certaines activités comme la pêche professionnelle.

"Au sein du Groupement d'intérêt public, nous sommes en train de finaliser le plan de concertation que je dévoilerai dès que le Premier ministre nous aura notifié la prise en considération du Parc, explique Guy Teissier, interrogé par LaProvence.com. Ce qui est certain, c'est que je souhaite la concertation la plus globale possible, avec l'ensemble des acteurs qu'ils soient institutionnels ou associatifs, à l'instar de ce qui s'est fait pour le Grenelle de l'environnement".

Sachant que ces opérations de concertation devraient prendre de 8 à 12 mois et qu'elles seront suivies par une enquête publique, le Parc national des calanques devrait voir le jour début 2011. Enfin !

Fred Guilledoux (redaction-web@laprovence-presse.fr) Article paru dans l'édition du 27.02.09. Copyright La Provence