Randonner dans le Var...

Crête des Aiguiers

Sur la trace des volcans, à la recherche des aiguiers...

 

 

Le rocher de l'Aigue constitué de laves qui se sont épanchées voilà 6 millions d'années, une lave fluide jaillie lors de l'orogenèse de la Ste Baume, culmine à 604 m, en bordure du plateau des Morières-Siou Blanc. Il domine la plaine du Beausset.

Six épanchements se sont superposés sur une hauteur de 30 m. Ils ont une même origine : un volcan disparu et englouti aujourd'hui sous la Méditerranée dont la lave se retrouve au Cap Sicié, au cap Nègre, et sur les hauteurs des gorges d'Ollioules (Evenos et Gros Cerveau).

Du rocher, la vue s'étend à la Ste Baume,au Mont Caume, aux Morières, au bassin du Beausset, et à la mer : du Bec de l'Aigle aux Embiez.

Le plateau se prolonge vers le sud par la crête des "aiguiers"...

Dénivellation : 200 m

Durée : 4 h 00

Lieu de départ : Ferme de La Gueirarde

Au nord est du village de Beausset

L'aspect initial a été modifié par une importante carrière qui exploite le basalte pour en faire des granulats de construction, et autres composés.... Les dimanches et jours fériés l'accès est facilité : il n'y a personne. Une route privée mais toléré le dimanche monte jusqu'au sommet.

Quitter la N 8 au sortir du Beausset pour emprunter sur la droite la Montée de Tochou. Dépasser le répartiteur de Rauvy pour prendre sur la droite la voie qui conduit à la ferme de Gueirarde, au delà du parcours sportif.

Stationner avant le portail de la carrière, en bordure de route.

 

Voir la carte IGN

 

Aiguier

La lave est à la base des aiguiers

Le sommet forme un plateau herbeux avec des excavations de carrière. L'exploitation de la lave, abandonnée de nombreuses années durant, a repris en 2004. Aussi la carrière est couverte d'une végétation typique des sols volcaniques, contrastant avec le calcaire alentour : Chênes pubescents et chênes lièges, quelques châtaigniers, et même peupliers blancs cotoient les pins.

La carrière dépassée, suivre la barre des Aiguiers autant que la végétation le permet. Une piste prolonge vers le sud la carrière, mais, située en contrebas de la barre, elle n'offre pas d'ouverture vers la plaine du Beausset et ses abords, et ne conduit pas à la découverte des aiguiers. Masqués par la végétation ceux ci sont peu visibles. La présence par endroits de joncs sur la crête facilite leur observation.

Rejoindre la piste et se diriger vers la Coutillate, contourner la colline, rejoindre l'Hauberte puis prendre la piste vers le nord en direction du Pas de la Masque. Remonter le Vallon des Lonnes puis prendre sur la droite la piste qui contournant la carrière ramène au point de départ.

Sangliers et marcassins ont élus domiciles sous ces couverts. S'il n'y a pas de battue, il est possible de rencontrer une laie et sa progéniture sur vos pas.

Marcassin inquieté, barre des Aiguiers

Le sanglier était pratiquement absent du Midi au début du XXe siècle. L'espèce a largement profité de la déprise rurale. L'extension des taillis denses de chênes lui a été bénéfique : il laboure ces sous-bois à la recherche de nourriture.
En de nombreux endroits, sa chasse remplace aujourd'hui celle des gibiers des milieux ouverts, comme autrefois les lapins et perdrix.

 

Retour page précédente