Randonner dans les Bouches du Rhône ...

 

De l'Estaque gare à la Vesse, par le fort de Figuerolles

A l'abri du mistral, sous la chaine de la Nerthe

 

Contrastes et couleurs : l'inspiration des peintres

"En suivant ces sentiers, je me rappelais combien la touche doit être personnelle pour rendre ce que l'oeil capte : cette vibration de la lumière, changeante, aux tonalités éphémères."

 

Dans un crissement de fer le train s'arrête en gare. L'omnibus déverse glaciaires, sacs, parasols dans un parfum d'ambre solaire, dans une gesticulation de couleurs et de sons. La mer est aux pieds, bleue, immobile, rarement frisée par une brève rafale débordant les crêtes de la Nerthe. Dernier arrêt de l'omnibus avant Carry, avant la plage de sable.

Ici l'on vient goûter les eaux claires, sur des parterres de roches, de posidonies ou de graviers. Ici l'on vient chercher la Provence âpre, rugueuse, celle que les peintres ont recherchée au bout de leur palette, l'explosion des couleurs, la cruauté du soleil, la juxtaposition des ardeurs.

Quand Cézanne pose là son chevalet et peint la rade de Marseille, ce n'est pas le paysage, l'ardeur du soleil, la violence des contrastes qui font la toile, mais une nouvelle façon de poser la couleur : alignement parallèle des masses, intensité égale des teintes dans le lointain comme au premier plan, absence de dégradé pour figurer une quelconque nébulosité de l'atmosphère....

Localisation : Côte Bleue

Dénivellation : 125 m

Durée : 3h 00

Lieu de départ : Gare de l'Estaque Gare

Carte IGN 1/25000 : 3145 ET

Chemin du Resquiadou, sur la route du Rove à Marseille N528, à hauteur du tunnel.

Stationnement : Ne pas emprunter le tunnel mais l'ancienne route. Se garer en bordure du chemin.

Voir la carte

Voir photos

Calanque de Figuerolles

La Vesse

Suivre le chemin du Resquiadou vers l'ouest en laissant à main gauche s'éloigner la mer sur 200m environ : rejoindre la pile qui enjambe le thalweg de l'Establon et suivre le sentier balisé en jaune.

Le sentier s'élève doucement jusqu'à atteindre le petit col. Une vue dégagée s'offre alors sur la rade et les îles.
Descendre dans le vallon du Coucourdier et remonter le versant opposé jusqu'à renconter la piste qui conduit au fort de Figuerolles; elle est orientée nord-ouest sud-est. La suivre jusqu'au fort.

Dépasser le fort et emprunter le sentier orienté ouest : il suit les courbes de niveau puis bascule dans le vallon des Fontêtes.
Suivre alors le fond du vallon vers le sud, en direction de la Vesse et rejoindre l'abri cotier au fond de la calanque.

La Vesse, petit port, charme fou !

Passer alors sous la dernière arche du pont de chemin de fer pour rejoindre le sentier de bord de mer. Ce sentier, en balcon, contourne la Pointe de Figuerolles et débouche à l'ouvert de la calanque de Figuerolles : graviers, pins, soleil et ombre, clapot et cigales...l'eau est claire. Et elle était charmante !

Mais, hélas, il fallut retrouver le sentier et rejoindre le cap Ragnon, situé sous le fort de Figuerolles. Le sentier passe alors au nord de la voie ferrée, la surplombe, coupe le vallon du Coucourdier, et atteint la calanque de l'Establon.

Le point de départ, le chemin du Resquiadou, est alors au dessus de nous.

Le sentier qui conduit au fort de Figuerolles traverse des zones d'aridité et de garrigue rase ou clairsemée, il est dû aux conditions difficiles du milieu comme la forte pente, l'absence de sol ou d'eau, la dégradation par l'incendie, etc... La végétation prend là la forme de garrigue à "peau de léopard" ou de pelouses à brachypodes, très répandus sur le littoral Est du massif.

C'est une graminée xérophile. Elle supporte les milieux secs. Elle constitue la majorité des pelouses méditerranéennes. C'est "l'herbe à moutons" ou "baouque". Elle couvre les espaces qu'abandonnent les buissons et les cultures, peu exigeante, vivace, adaptée au passage des troupeaux de brebis qui les maltraitent en permanence.

Les bergers brûlaient les taillis épineux pour qu'elle repousse. Elle est qualifiée de rameux car à la base de sa tige la ramification est importante. Des plantes presque ligneuses l'accompagnent : le thym, la lavande aspic, la badasse mais aussi l'aphyllante, l'asphodèle et les poacées, autrefois appelées graminées (avoine, brome, etc...)

Voir la photo du brachypode rameux.

Retour page précédente